Costa Rican Cloud Forests

We arrived in Costa Rica less than prepared. This was most likely due to the rushedness to exit Nicaragua in time (we curiously avoided the $2/day fine for overstaying our visa), but we are also fairly skilled procrastinators when it comes to planning exactly where we will be going next, and this, certainly, played a role. We took a bus from San Juan del Sur headed for San José (capital of Costa Rica), and got off the bus part-way, about 7 hours in, to catch another bus to La Fortuna in the cloud forests to the north of the country. We were dropped off on the side of the highway and ran through the constant drizzle that comes with cloud forests to a shopping complex to take out money. This was the first moment we realized we had no idea what the exchange rate was between Costa Rican Colones and the US Dollar. Trusting the ATM would not give the option to empty our bank Julien selected the 90,000 CRC amount, and we headed out, colorful bills in pocket, to catch a taxi to the bus station. 1000 CRC for the taxi and 4000 CRC for a two-hour bus-ride later, I was relieved to learn from a fellow passenger that there were approximately 530C to the dollar. And with that we cozied up for the two-hour ride, the movie Madagascar 3 (in Spanish) providing great entertainment from the drop down screens in the bus.

Nous sommes arrivés au Costa Rica non-préparés, ceci étant essentiellement dû à notre départ précipité mais à temps du Nicaragua (curieusement nous avons échappé à l’amende de 2$/jour pour avoir dépassé notre visa). Mais fort heureusement nous sommes de talentueux procrastinateurs quand vient le temps de planifier précisément notre prochaine destination, et cette qualité nous a ici certainement aidés. Nous avons pris un bus allant de San Juan del Sur à San José (capitale du Costa Rica), et sommes descendus en chemin, après environ 7 heures de route, pour prendre un autre bus en direction de La Fortuna dans la forêt de nuage au nord du pays. Une fois déposés sur le bas côté de la route panaméricaine nous avons couru sous le crachin typique des forêts de nuage pour aller retirer de l’argent dans un centre commercial. C’est à ce moment là que nous avons réalisé que nous n’avions aucune idée du taux de change entre les Colones Costaricains et le Dollar (notre devise de référence). Faisant confiance au distributeur de billet qui ne nous laisserait certainement pas la chance de vider notre compte en banque, j’ai retiré quelques 90000 CRC et, billets de couleur en poche, nous sommes ressortis pour prendre un taxi jusqu’au terminal de bus. Après avoir déboursé 1000 CRC pour le taxi et 4000 CRC pour le trajet de deux heures en bus, nous avons été rassurés d’apprendre d’un compère passager que le taux de change est d’environ 530 CRC pour un Dollar. Avec cette bonne nouvelle nous nous sommes confortablement installés pour le trajet de deux heures, le film Madagascar 3 (en espagnol) offrant un parfait divertissement sur les écrans escamotables du bus.

DCIM100GOPRO

Our first impression of Costa Rica was that it was so green. Every shade greeted our eyes as we stared out the bus window, as well as the next day from our hostel and the nature reserve we visited. Costa Rica has put a strong importance on the environment and eco-tourism is at the top of the list of things to do in the country. This in mind we managed to visit two nature reserves within our first four days. The first was to the Mistico Arenal Hanging Bridges, a preserve that, along with a few animals, is unique in that it contains 16 bridges, 6 of them suspended. The animals were few, but the views were amazing.

La première impression que nous a donnée le Costa Rica, c’est la verdure. Nos yeux ont eu droit à toutes les teintes possibles de vert depuis la fenêtre de notre bus et idem le lendemain depuis notre auberge et dans la réserve naturelle que nous avons visitée. Le Costa Rica a depuis longtemps donné priorité à la protection de l’environnement et l’éco-tourisme est en tête de liste des choses à faire dans le pays. Ceci en tête nous avons visité deux réserves naturelles durant les quatre premiers jours. La première était le Mistico Arenal Hanging Bridges, une réserve qui, en plus de quelques animaux, compte 16 ponts dont 6 suspendus au beau milieu de la forêt de nuage. Les animaux n’ont pas été nombreux, mais les vues exceptionnelles.

1257 la fortunaA rainbow-billed toucan, the largest of the toucans /// Un toucan à carène, le plus large des toucans

1261 la fortunaOur guide explaining that this whole embankment is a massive ant house /// Notre guide nous a expliqué que ce monticule entier est une énorme fourmilière

1258 la fortuna

1262 la fortunaSpider monkey /// Singe-araignée

1260 la fortuna

1263 la fortuna

DCIM100GOPRO

1265 la fortunaThis tiny red frog is the size of your pinkie-nail. I was dubious it was real, so difficult it was to find, but was pleased when I saw it hop away. /// Cette mini grenouille rouge n’est pas plus grande que l’ongle du petit doigt, et par conséquent elle est très difficile à trouver. J’étais sceptique quant à la véracité de cette grenouille trouvée par notre guide, jusqu’à ce qu’elle disparaisse en sautant.

1266 la fortuna

1264 la fortuna

1268 la fortunaTarantula legs. I spotted this one. /// Pattes de tarantule. C’est Anne qui a trouvé celle-là.

DCIM100GOPRO

1269 la fortuna

1270 la fortunaA very hungry hummingbird /// Un colibri affamé

DCIM100GOPROLooking over Volcán Arenal /// Profitant de la vue sur Volcán Arenal

1271 la fortunaComida típica, typical food, of Costa Rica, the “Casado”: rice, black beans, plantains, salad, meat, and a dash of mashed potatoes. I can only assume the rice is in volcanic shape as a nod to the Volcán Arenal that looms over La Fortuna /// Comida típica, plat typique du Costa Rica, le “Casado” : riz, haricots noirs, banane plantaine, lettue, viande, et une cuillérée de purée. Je suppose que le riz en forme de volcan était un clin d’oeil au Volcán Arenal surplombant La Fortuna.

1272 la fortunaOriginally called “El Burío”, La Fortuna was renamed as such after Volcán Arenal had a massive eruption in 1968. Three villages west of the volcano were completely destroyed while the fortunate El Burío, east of the volcano, remained untouched. /// Initialement nommé “El Burío”, La Fortuna a été rebaptisée ainsi à la suite d’une massive éruption du Volcán Arenal en 1968 qui a rayé de la carte trois villages à l’ouest du volcan, à l’exception de l’unique village bien fortuné à l’est, “El Burío”.

1273 la fortuna

The next day we took a boat across Arenal Lake, the largest land-locked lake in Costa Rica. In 1979 it was expanded to become three times its original size, part of a hydroelectric project that originally made up 70% of the country’s electricity (today making up about 15%). Fascinatingly when they enlarged the lake, they relocated citizens of Arenal and Tondadora to flood the land, and the abandoned towns still lay at the bottom of the lake. It is rumored that during the dry season, the steeple of Arenal’s church can be seen peeking through the lake’s surface.

DCIM100GOPROLe lendemain nous avons traversé en bateau le lac Arenal, le plus grand lac artificiel du Costa Rica. Initialement lac naturel, il a été agrandi et sa superficie à triplé en 1979 dans le cadre d’un projet hydroélectrique qui produisait alors 70% de la consommation électrique du pays (aujourd’hui le barrage hydro-électrique produit 15% des besoins nationaux). Détail intéressant, lors de l’agrandissement du lac les habitants d’Arenal et de Tondadora ont été relocalisés pour pouvoir inonder toute la zone, et les deux villages gisent toujours au fond du lac. La rumeur circule que durant la saison sèche la pointe du clocher de l’église d’Arenal peut être aperçue dépassant à la surface de l’eau.

DCIM100GOPRO

And so it was that we found ourselves in Monteverde, also known for its numerous nature reserves. We went to Curi-Cancha reserve, apparently our best bet for spotting the rare quetzal. Alas, no quetzales were found, but we had an interesting tour about cloud forests. Luckily plants don’t move around as much as scarce birds, so we received a lot of information about the vegetation of the reserve.

1276 monteverdeEt c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à Monteverde, également connu pour ses nombreuses réserves naturelles. Nous avons visité la réserve de Curi-Cancha, apparemment notre meilleure chance d’apercevoir le rare Quetzal. Hélas pour nous, nous n’avons déniché aucun quetzal, mais nous avons eu droit à une visite très intéressante au sujet de la forêt de nuage. Par chance les plantes ne bougent pas aussi rapidement que les oiseaux, et donc nous avons pu voir et apprendre beaucoup sur la végétation de la réserve.

1277 monteverde

1278 monteverde

DCIM100GOPRO

1279 monteverde

1280 monteverdeThis is actually a parasitic vine that successfully killed the tree that it used to be surrounding, thus leaving it to be a hollow shell. /// Ceci est en réalité une vigne parasite qui a tué avec succès l’arbre qu’elle utilisait comme tuteur, laissant place à une sorte de carapace vide.

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO

1285 monteverde

1287 monteverdeOne of the world’s smallest orchids /// L’une des orchidées les plus petites au monde

DCIM100GOPRO

Advertisements
%d bloggers like this: