Lola Olmedo

34

Dolores Olmedo was Diego Rivera’s close friend and patron. In the 1960s she purchased this house in the neighborhood Xochimilco (one of many examples of a small city swallowed up by the ever-expanding capitol), eventually turning her home into a bonafide museum to display all the art she collected. Most famously the museum, now open to the public, contains the largest private collection of Diego & Frida’s artwork. Interestingly enough, Julien and I had seen Dolores Olmedo’s collection in its short stint in the Orangerie in Paris last winter, but our Mexican visit was a much more tranquil and beautiful experience. Along with David and his friend Sofia, we took a half hour road trip to southern Mexico City to visit the picturesque museum.

Dolores Olmedo était amie proche et mécène de Diego Rivera. Dans les années 1960 elle a acheté cette maison dans le quartier de Xochimilco (l’un des nombreux petits villages qui ont été englobés par l’inarrêtable expension de la ville de México), d’abord domicile privé qu’elle a finalement transformé en véritable musée servant à exposer les oeuvres d’art qu’elle a collectées durant sa vie. Ce musée, ouvert au public, est désormais connu pour avoir la plus large collection privée d’oeuvres de Diego Rivera et Frida Kahlo. Une impression de déjà vu au musée nous a rappelé qu’Anne et moi étions allés voir, l’hiver dernier à l’Orangerie à Paris, une exposition temporaire d’un échantillon de la collection de Dolores Olmedo. La visite ici à México s’avère être une expérience beaucoup plus tranquille dans un cadre magnifique. Ainsi, c’est en compagnie de David et de son amie Sofia que nous avons fait une virée en voiture dans le sud de México pour visiter ce musée pittoresque.

24Nos amis David et Sofia à gauche, Diego et Frida sur le mur, et un invité surprise dans le clocher.

25There were peacocks, everywhere. /// L’enceinte du musée est (sur)peuplée de paons.

26Baby ones, mother ones. /// On y trouve des paonneaux (pour une fois que je peux caser ce mot) et des mamans-paons.

28Male ones looking beautiful. /// Des mâles tout fiers.

29Males looking inside out. /// Des mâles à l’envers.

27Peacocks in bell-towers. /// Paon dans son clocher.

30And the peculiar Xoloitzcuintles (Xolo) dogs: hairless (or in random spots around the body, sparsely haired), homely, beloved. My first interaction with these dogs was in Peru where I was told that people used to sleep with them as their black skin absorbed the heat during the day and radiated well into the night. The fright I would experience in waking up next to one of these canines would be enough for to swear off the practice, surely. In the Americas they have a sacred history, valued and revered by inhabitants of Mexico, Central and South America for over 3000 years, and today they are the national dog of Mexico.There is one Xolo statue in the photo.

Dans le parc du musée on trouve également ces chiens particuliers appelés Xoloitzcuintles (Xolo) : Sans poils (ou parfois une touffe ou deux aléatoirement localisées), pas très élégants (pour ne pas dire moches), mais aimés. Anne a déjà eu affaire avec ces chiens quand elle était au Pérou. Apparemment les péruviens apprécient dormir avec ces toutoux-moches car leur peau noire absorbe les rayons du soleil durant le jour et joue le rôle de radiateur la nuit. Imaginez l’effet de surprise en se réveillant au beau milieu de la nuit, face à face avec ce gentil monstre canin. Il y a probablement de quoi faire quelques cauchemards. Sur les continents américains ce chien a une histoire sacrée, apprécié et vénéré par les habitants du Méxique, d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud depuis plus de 3000 ans, le Xolo est aujourd’hui le chien national du Méxique. Dans la photo il n’y a qu’une seule statue de Xolo.

31No photos inside, but as consolation, here’s another peacock. /// Pas de photos autorisées à l’intérieur du musée malheureusement. En guise de consolation, voici un autre paon.

32And a working payphone. /// Et une cabine téléphonique.

Advertisements

2 Comments

Add yours →

  1. Gloria et Alain Dupouy June 12, 2015 — 8:10 am

    Qué frustración! Con la primera frase: “un invité surprise dans son clocher” yo esperaba ver al menos un. .. gato! Ni uno solo!

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: